Mobilité forcée en province, STOP!

Brest, Sophia, Nantes, Bordeaux, Rennes … de toutes parts, des alertes arrivent : les collègues sont malmenés, sommés du jour au lendemain d’accepter une mission en région parisienne ou dans une agence inaccessible

Respect du droit à la vie privée

Selon la législation du travail, les salariés ont droit à une vie privée. Ils ne sont pas à la disposition de leur employeur. L’employeur qui exige du salarié breton qu’il se rende dès le lendemain dans le sud de la France ou en région parisienne, sans même s’occuper des contraintes familiales ou des engagements personnels du salarié commet une infraction contre ce droit.

Camouflage de difficultés économiques

Quand un employeur entame une procédure de licenciement contre un salarié et annonce dans le même temps plusieurs dizaines de suppressions d’emploi sur la région; il camoufle des choix économiques. Il faut alerter les élus du CE, les DP et réagir ensemble contre ces manoeuvres. Tous les élus n’ont pas la même détermination. Les élus cgt sont les seuls à exiger l’application des accords du groupe sur l’emploi.

Ne pas laisser l’employeur s’engoufrer dans la brèche

Avec l’ANI du 11 janvier, le MEDEF a obtenu de grands assouplissements dans les procédures de mobilité des salariés, pour permettre au patronat d’imposer toujours plus de flexibilité aux salariés. Dans l’intérêt de tous, c’est au quotidien, dès que l’employeur essaie de pousser encore son avantage qu’il faut s’opposer à lui.

STOP ou encore ? C’est un enjeu des élections professionnelles

Le 1er tour des élections des titulaires au CE déterminera la représentativité des organisations syndicales : formellement et concrètement qui pourra parler et signer au nom des salariés.

Pour mémoire,

  • la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC ont signé l’ANI du 11 ajnvier avec le MEDEF
  • la CGT et FO s’y sont opposés

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

2 réactions

    1. Que faire?

      Nous considérons, à la CGT, que ces problèmes ne touchent pas les collègues individuellement mais qu’il s’agit là d’une façon pour l’entreprise de gérer des difficultés économiques, … qu’elle s’est partiellement créés, mais dont elle veut culpabiliser les salariés un par un.

      Ce que nous vous suggérons

      pour vous même : Ne restez pas seul, rapprochez-vous d’un élu pour faire valoir vos droits. Nous vous conseillons un élu cgt de préférence si c’est possible dans votre agence. CGT parce que nous avons l’expérience de la différence dans l’accompagnement des salariés,mais bien sûr c’est vous qui voyez, vu le ton de votre message, ce n’est peut-être pas votre choix

      pour nous tous : Prenez en compte que vous avez en mains un bulletin de vote pour le CE et probablement aussi les DP. Sachez que les élus CGT sont les seuls à essayer de faire appliquer un accord du groupe Thales dans l’entreprise qui permettrait de ne pas laisser la direction faire ce qu’elle veut. Plus la CGT sera forte et plus vous aurez de relais sur qui vous pouvez compter dans les instances pour faire valoir nos droits

      Si vous êtes dans une agence où il n’y a pas de DP CGT, vous pouvez contacter les élus CE et CHSCT. Nous sommes maintenant suffisamment représentés sur le territoire pour nous déplacer pour pouvoir nous rendre dans toutes les agences.

      Eh oui, c’est à cela que servent les élus CGT, c’est une partie du pouvoir que vous pouvez exercer.

      Le mieux étant encore de prendre contact avec nous pour devenir vous aussi acteur au sein de la CGT.

      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *